MA PREMIERE JOURNEE AU SAS

20 novembre 2014.

Il est 06:34. Je me suis réveillée, j’avais mal dormi. Je n’étais pas encore stressée, mais j’étais persuadée que ca viendrait. Je glandais dans mon lit sur les réseaux sociaux, passais un moment avec mon chat et décidais de me lever pour aller manger. Ma mère n’était pas la, alors je n’avais pas eu droit à un soutien moral de sa part.

Il est 07:15. J’étais allée me préparer, me laver et m’habiller. Le stress montait, du coup je me pressais. J’avais reçu un sms de ma mère me donnant un peu de courage et me rassurant.

Il est 08:00. Je suis parti. Je ne savais pas encore à quelle heure je devais sortir pour arriver à une heure raisonnable. Je suis rentrée dans mon bus, qui en passant était bondé, du coup je n’avais trouvé de place. C‘était trop bizarre de recommencer à le prendre le matin. Ca faisait un bail. Au bout d’un moment, sachant que j’étais debout en face des sièges qui s’ouvrent, un vieil homme et une jeune fille s’y sont assis. Une maman et sa poussette arrivent. Evidemment, c’était à la fille de se lever, mais contrairement a ce que je pensais, c’est l’homme qui laissa sa place. Du coup, ça m’a énervé.

Il est 08:44. J’arrive au sas. C’est à cet instant là que j’avais commencé à avoir peur. Il faut sonner et entrer. Je souffle et ouvre la porte. Patricia m’accueille et m’explique que le tableau est en bas. Devoir marquer son prénom sur une feuille, je trouve ça toujours aussi bizarre. En notant mon prénom, je remarque que je suis la première arrivée. C’est ce que je voulais. Je me voyais mal débarquer dans le salon et voir plein de têtes inconnues et devoir leur dire bonjour. Cinq minutes après, trois garçons sont arrivés. Deux me disent bonjour en me serrant la main et je trouve ça encore plus bizarre. Puis un peu avant neuf heure, un dernier garçon arrive.

Il est 09:00. Les adultes sont arrivés. Le directeur nous a souhaité la bienvenue. Quelques minutes après, on se retrouvait avec trois adultes et ils décident d’apprendre à se connaitre grâce a des cocottes et des questions déjà notées. Ca dure environ vingt minutes je pense, ce n’était pas très intéressant. Mais je crois qu’ils ont voulu faire quelque chose d’original. Juste après, on enchainait sur un jeu où on devait trouver un animal qui nous correspondait pour ce matin-là. Et ensuite on devait l’imiter. J’ai trouvé ça un peu inutile. Peut-être qu’ils voulaient qu’on se détende un peu ou pour voir si on en était capable.

Il est 10:30. On commence une activité. C’était avec une caméra, on devait montrer une partie de notre corps et expliquer pourquoi. Deux des garçons sont passés et je décide de me lancer. Je montre mes cicatrices sur mon bras. Je sens que je commence à avoir chaud et à paniquer. J’essaye de me rassurer au maximum pour finalement parler avec une voix un peu tremblante. Deux des garçons, après avoir vu mes traces font les grands yeux. Ca m’avait fait sourire. Apres cette activité, les adultes nous parlent pendant plus ou moins trente minutes, c’était ennuyant. Je voulais juste partir. D’un côté parce que je m’ennuyais, d’un autre parce que j’en pouvais plus de rester là et parce que je devais aller voir mon copain.

Il est 11:50. Ils nous lâchent. Vu que j’avais descendu le matos, je n’avais pas eu à le remonter. J’ai récupéré mon téléphone et lâché un gros au revoir à tout le monde et foncé jusqu’à mon bus en espérant qu’aucun autre des jeunes ne prennent le même chemin. Ce serait gênant, je n’aurais pas su comment réagir… Sourire ? Faire un signe ? Dire au revoir ? Ou tout simplement ne rien faire.

Conclusion, cette journée était stressante et un peu bizarre. Mais depuis, à force, je m’habitue à tout ça et me sens déjà mieux.

CAPUCINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *